Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Commentaire de
La Constitution

Si ce n'est pas encore fait, lisez « La Constitution » avant de lire la suite de cette page.

En bref.

Trois détournements de la contrainte : « récrire sous forme d'un sonnet les deux premiers articles de la Constitution française ».

Mais encore...

Un jeu proposé sur la liste oulipo consistait à récrire sous forme d'un sonnet les deux premiers articles de la Constitution française, reproduits dans la section Références. Les trois poèmes présentés ici sont des solutions approximatives de ce jeu, en ce qu'elles satisfont des contraintes voisines de celle proposée mais non identiques.

La première réponse, La Constitution (1), remplace le sonnet demandé par un « mini-sonnet » : deux quatrains dont le schéma de rimes correspond à celui des deux premières strophes d'un sonnet (ABBA ABBA). Les vers sont des alexandrins correctement construits ; notez en particulier l'ordre inhabituel des couleurs du drapeau (rouge, blanc et bleu) destiné à éviter que l'e muet de « rouge » ne tombe à la césure.

La deuxième réponse, La Constitution (2), ajoute une contrainte forte : toutes les lignes du poème sont isocèles. En contrepartie de cette difficulté supplémentaire, les contraintes du sonnet régulier sont légèrement assouplies : le schéma de rimes des quatrains est modifié et utilise quatre rimes au lieu de deux, et plusieurs vers ne comportent pas de césure à l'hémistiche.

Enfin, le sonnet anticonstitutionnel respecte bien les contraintes formelles du sonnet, mais il refuse la contrainte sémantique proposée (conserver la signification des articles de la Constitution) en la renversant : chaque phrase exprime une idée contraire à la Constitution. Le sous-titre Douze pieds pour douze contre-pieds suggère que ces alexandrins contredisent douze fois le texte original, mais ce décompte précis est un peu arbitraire.

Références.

Constitution française de 1958.

Article premier.

La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.

Article 2.

La langue de la République est le français.

L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.

L'hymne national est la « Marseillaise ».

La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Le texte complet de la Constitution, tenant compte des modifications intervenues depuis 1958, est disponible sur le site Légifrance.


Revenir au texte

© Nicolas Graner – 1998

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/constit-exp.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 04/01/2013.