Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

J'ai poussé les menhirs

J'ai poussé les menhirs en haut de la montagne
Au-dessous j'ai trouvé
Une porte qui s'ouvre au milieu des rochers
Sur une humble cabane

Au-dessous j'ai trouvé un sombre labyrinthe
Encombré de cailloux
Sur une humble cabane habitée par des fous
Une cage était peinte

Encombré de cailloux tu cherchais la sortie
Pauvre rhinocéros
Une cage était peinte à coups de dents et d'os
Les fées étaient parties

Pauvre rhinocéros qui fais du toboggan
Dans une armoire obscure
Les fées étaient parties en privant de chaussure
Le paisible géant

Dans une armoire obscure à remonter le temps
Jusqu'à la Préhistoire
Le paisible géant fait la sieste sans voir
Les heures au cadran

Jusqu'à la Préhistoire on suivait les rivières
Pour retrouver la grotte
Les heures au cadran aujourd'hui nous emportent
Au cœur du cimetière

Pour retrouver la grotte où Raiponce est à l'ombre
Il faut gagner le jeu
Au cœur du cimetière on attendra un peu
Pour descendre à la tombe

Il faut gagner le jeu en trouvant le passage
La porte du royaume
Pour descendre à la tombe au milieu des fantômes
Au-delà du barrage

La porte du royaume est pleine de couleurs
Au revers du château
Au-delà du barrage est une chute d'eau
Des rochers et des fleurs

Au revers du château démarre le chemin
Où marchent des cailloux
Des rochers et des fleurs et un ogre et surtout
Les cinq doigts de ta main

Où marchent des cailloux l'avalanche menace
Les murs de la prison
Les cinq doigts de ta main seront notre maison
Tu briseras la glace

Les murs de la prison sont de vivantes pierres
Des coquillages ronds
Tu briseras la glace et nous les rangerons
Au bas du frigidaire

Des coquillages ronds partent à la dérive
L'arc-en-ciel se morfond
Au bas du frigidaire il reste deux glaçons
Et la bouteille dive

L'arc-en-ciel se morfond imbriqué dans les roches
Or argent cuivre fer
Et la bouteille dive est jetée à la mer
Comme un vaisseau fantoche

Or argent cuivre fer en pépites géantes
Au-dessus de la houle
Comme un vaisseau fantoche emportant mille ampoules
Pour éclairer sa tente

Au-dessus de la houle une fusée décolle
Rouge comme une braise
Pour éclairer sa tente et sa table et ses chaises
Dans une course folle

Rouge comme une braise une précieuse pierre
De ma valise sort
Dans une course folle un bateau ivre explore
La galaxie entière

De ma valise sort le ciel que je découvre
J'ai poussé les menhirs
La galaxie entière est pour mon avenir
Une porte qui s'ouvre


Voir le commentaire

© Nicolas Graner – novembre 2016

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/menhirs.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 26/11/2016.