Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Puissance et misère

  1. Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.
  2. Suivant qu'on se trouvera soit éminent, soit insignifiant, un arrêt du tribunal nous déclarera soit pur, soit souillé.
  3. Noir ou blanc vous rendront, de cour, les jugements. Misérable ou puissant, que serez-vous ? Selon.
  4. Selon que vous serez puissant ou misérable, vous serez puissant ou misérable.
  5. Si les jugements de cour ne vous rendent ni blanc ni noir, c'est que vous n'êtes ni puissant ni misérable.
  6. Selon que vous serez blanc ou noir, les jugements de cour vous rendront puissant ou misérable.
  7. Si vous êtes de classe moyenne, les jugements de cour vous rendront gris.
  8. Selon que vous serez ramage ou plumage, les jugements de cour vous rendront honteux ou confus.
  9. Suivant que vos parents étaient puissants ou indigents, les jugements des braves gens vous rendront blanc ou dégoûtant.
  10. Moi, la Cour, selon que vous serez puissant ou misérable, je vous rendrai blanc ou noir.
  11. Parfois on est puissant, parfois on est misérable. Parfois on est jugé. Parfois la cour dit blanc, parfois elle dit noir.
  12. Si vous manquez d'argent et à vos obligations, la cour vous frappera d'indignité et au porte-monnaie ; mais si vous nagez dans l'abondance et en eau trouble elle vous rendra blanc et votre liberté.
  13. Selon que vous serez puissant par-devant ou misérable par-derrière, les jugements par-devant de cour par-derrière vous rendront blanc par-devant ou noir par-derrière.
  14. Selon que vous serez puissant, poil au sang, ou misérable, poil au râble, les jugements, poil aux ligaments, de cour, poil aux os courts, vous rendront blanc, poil au flanc, ou noir, poil aux mâchoires.
  15. Selon que vous serez puissant de bœuf ou misérable de lapin, les jugements poulinières de cour de ferme vous tendront de veau blanc de poulet ou noir animal.
  16. Selon que vous serez de petits choux couverts de bijoux ou de vilains hiboux pleins de poux, on vous comblera de joujoux ou on vous traînera à genoux sur les cailloux.
  17. Selon que vous serez PDG ou SDF, les PV du TGI vous rendront OK ou KO.
  18. Selon que vous serez plein aux as ou simple valet, le roi vous ouvrira son cœur ou vous laissera sur le carreau.
  19. Selon que vous serez abbesse ou poissonnière, les conventions de la république vous rendront blanche ou terne.
  20. Selon que vous serez un César ou un Job, les Salomon feront de vous une Blanche-Neige ou un Barbe Noire.
  21. Selon que vous serez un gentleman ou un hippy, le jury vous rendra clean ou vous blackboulera.
  22. Selon que vous serez hiérarque ou métèque, les épithètes de l'aréopage vous rendront leucistique ou mélancolique.
  23. Selon que vous serez une sommité ou une canaille, la cour fera de vous une référence ou une crapule.
  24. Selon que vous serez un maréchal ou un vassal, le procès-verbal du tribunal vous rendra lilial ou infernal.
  25. Selon que vous serez un gentilhomme ou un bon-à-rien, dans le box on vous traitera en gentleman ou en maffioso.
  26. Si vous exhibez vos armoiries ou versez des arrhes sur vos émoluments, les assises vous accorderont sans ambages leurs félicitations. Mais les petites gens font les frais de leurs errements et subissent les affres des représailles.
  27. Selon que vous serez gros bourgeois ou impécunieux, après avis impérieux émis sans embarras vous deviendrez persona grata ou non.
  28. Selon votre statut, puissant ou misérable, des jugements de cour différents : blanc ou noir.
  29. Selon que vous serez puissant ou misérable, on vous jugera blanc ou noir.
  30. Selon que vous connaîtrez la puissance ou la misère, les jugements de cour affirmeront votre culpabilité ou votre innocence.
  31. Si vous voilà avec tout pour vous, au-dessus de tout un chacun, alors vous voici aussitôt tout à fait bien pour toujours. Et sinon ? Bien loin de tout ça, plutôt un moins que rien ? Paf ! Vous voici à jamais au plus bas.
  32. Selon que vous serez un noble riche ou un misérable indigent, les critiques pensées des incapables jurés feront de vous un candide innocent ou un coupable criminel.
  33. Opinions du grave juré devant éminent prévenu célèbre : actions valides, charges vides, relaxe complète. Mentions concernant braves types démunis : actes indignes, peines prononcées, amendes, prisons, exécutions...
  34. Soyez Riche, La Cour Ne Dira Rien. Fauché, Elle Saura Dire Haro Sur Toi.
  35. Selon vous, que faire ? Vous ne serez guère puissant ici, où un misérable joue les despotes : jugements privés de débats, cour vénale... Vous, ils rendront votre blanc terne, ou même noir.
  36. Selon puissance ou misère, jugé blanc ou noir.
  37. Puissant acquitté, misérable condamné.
  38. Jugement inique.
  39. Préjugé.
  40. Si l'on juge un puissant et un misérable, qui sera blanc, qui sera noir ? C'est toujours le puissant qui est blanc pour le juge, et le misérable qui est noir pour ce même juge.
  41. Un puissant et un misérable ?
    Tout jugé, et bien jugé :
    blanc, le puissant, tout blanc ;
    noir, bien noir, le misérable.
  42. Cette phrase contient une fois le mot « selon », une fois le mot « que », une fois le mot « vous », une fois le mot « serez », une fois le mot « puissant », une fois le mot « ou », une fois le mot « misérable », une fois le mot « les », une fois le mot « jugements », une fois le mot « de », une fois le mot « cour », encore une fois le mot « vous », une fois le mot « rendront », une fois le mot « blanc », encore une fois le mot « ou », une fois le mot « noir », deux fois le mot « cette », deux fois le mot « phrase », deux fois le mot « contient », dix-sept fois le mot « une », trente-deux fois le mot « fois », trente-deux fois le mot « le », trente-deux fois le mot « mot », trois fois le mot « encore », douze fois le mot « deux », deux fois le mot « dix », deux fois le mot « sept », deux fois le mot « trois », quatre fois le mot « trente », deux fois le mot « douze », deux fois le mot « quatre ».
  43. Ce long queux voussé rée puis, sans tout miser, hâble. « L'ai-je eu ? » je mande, et cours vous rendre omble en couloir.
  44. Salon Queudes Vou Céret Puy-Saint-Vincent Houx Malétable Laix Jugy Madecourt Vourles Andres Montblanc Hounoux Arre.
  45. Sirloin curve ooze rape we sent whom is arab, leisure gem and a cure viewer end rum blend hoon who are.
  46. Camp ont haie eau placet houx cent hun saoûl las court fée deux noue dais sein houe dé pêcheur.
  47. Ce con, vous le suerez, pissant amis et roubles, jument gelée que d'Our vendront roublards ou nouant.
  48. Mon premier est puissant.
    Mon second est misérable.
    Mon troisième est un jugement de cour.
    Mon tout était blanc et noir.
  49. Selon que vous aurez trois sous
    ou
    un gros magot accumulé,
    les
    jugements de cour, je l'avoue,
    vous
    rendront noir ou, en vous comblant,
    blanc.
  50. Selon qu'on considère des rupins pingres ou des dépravés, veillez à accorder des recours ou rendez des arrêts répressifs.
  51. Si tu es situé au haut, là, la cour court hâtée à tes pieds. Pis est si t'es cité mais t'es métèque : on condamne et damne, hélas, l'assassin à Saint-Maur, mort.
  52. Puissant, le souhait des cours honnêtes appelle aux égards.
    Puis, sans-le-sou et découronné, tapez-le, osez ! Gare !
  53. Sire Émile, ami doré, Rémi l'assimile à l'adoré. Domi, l'ado lascif à domicile à la hutte, Rémi l'a mis facile à l'arrêt.
  54. Au PrOCeS ON SAuRa BLaNCHIr UN NaNTi, ON Ne CONdAmNeRa PAs. ON SAuRa AuSSi NOIrCIr UN PAuVRe HeRe.
  55. Si je suis princier, M. l'alcade décide de ne pas m'accuser et c'est marre. Mais si je suis bas, il sera sans merci.
  56. D K AC LV ÉT MML ABC DCD O JB MM ÉTT
  57. S'il a du fric, le tribunal le dira pur. S'il n'a nul capital, il sera puni.
  58. Selon que vous serez un maitre joailler ou un vanupied, interpelé par les prudhommes vous serez absout avec bonhommie ou on vous décrètera traitre sans sursoir.
  59. Est-il tout-puissant ? Juge-arbitre, accordez-lui sur-le-champ non-lieu, laissez-passer, sauf-conduit. Serait-il traîne-misère, sans-le-sou ? Déclarez-le hors-la-loi, dressez-lui procès-verbal.
  60. Lorsqu'ici quelqu'un d'aristocrate s'avance, l'accusation s'annule d'elle-même. Qu'on n'inculpe aujourd'hui qu'un monte-en-l'air, l'acharnement jusqu'au-boutiste s'impose d'emblée.
  61. L'inculpé éminemment distingué était systématiquement relaxé, l'accusé misérable étant néanmoins sévèrement condamné.
  62. À scélérat élevé, délibéré généreux ; à débauché désargenté, sévérité avérée : généralement incarcéré à perpétuité.
  63. « Ô ! Mâle suprême ! » bêle l'enquêteur, fâché d'apparaître revêche. L'honnête maître paraît sûr d'être relâché, enjôlé, fêté même. Comparaît l'infâme soûlard émêché. « Traître ! » tempête l'âpre geôlier. Aussitôt arrêté, blâmé, l'hâve traîne-misère gît bientôt blême, étêté.
  64. Pendant qu'on rend blanc un grand mondain plein d'embonpoint, en un instant un clampin sans un rond, tremblant, prend vingt ans en camp.
  65. Cette commission ordonne constamment : blanchissez telle personne puissante, elle apparaît innocente ; arrêtez cette canaille affamée, formellement reconnue comme malhonnête.
  66. Selon que vous aurez un haut rang ou moins que rien, les verdicts des cours vous feront blanc ou noir.
  67. Cet abbé cossu, cet élu aux cent bijoux en or ? Qu'il ait ce mot ému ou deux, et hop, il est dehors. Ou alors, c'est ce filou, ce hippy, ce der des ders ? Dix ans au clou... ou au billot !
  68. Si un yuppie vole une somme, on songe : on l'a spolié. Si un mec à sec vole une pomme, on le tond, on le ronge à vif.
  69. L'Aga a été ici rêver ses sagas, retâter nanan ; Ève aviva ses sèves. Bob y a erré ; elle alla sus, axa ses serres, elle l'a tôt étêté.
  70. Si tu as du bien ou si tu es gueux, la cour qui dit la loi te rend blanc ou noir.
  71. Certains étaient puissants, certains étaient pouilleux. Chacun étant jugé, ceux-ci sortaient toujours blanchis, ceux-là toujours coupables.
  72. Richissime respecté recevra jugement favorable, cependant misérable finira sûrement condamné.
  73. Individu considérable ? Acquittement inévitable. Particulier désargenté ? Condamnation inexorable.
  74. Si tu as un tas de blé ou pas un sou, la loi ne dit que du bon ou que du mal sur toi et sur ton cas.
  75. Soit vous êtes fort, donc tout juge vous dira amen, soit vous êtes gêné, pour lors leur cour vous fera tout noir.
  76. Selon votre place parmi notre monde, notre édile saura juger votre faute : aucun noble déchu, alors maint gueux devra payer.
  77. Procès plaidé devant Maître Millau, bailli, lequel oppose Ronald Makdau, fameux patron friqué (partie civile) contre Joseph Bauvet, paysan fauché (accusé). Succès assuré : Makdau exaucé, Bauvet paiera dûment (prison, amende, dépens).
  78. À un bon type riche, aucune pénible sentence.
    À un zig sans thune, peines lourdes assurées.
  79. Soit que vous soyez haut placé, soit que la vie vous serve plus mal, de par la loi vous serez tantôt honnête, tantôt indigne.
  80. Qui a tout a aussi jugements de faveur, alors que celui arrivant misérable recevra arbitrage peu ou pas agréable.
  81. Scellons queue volupteuse, observez pourrissant cocu moisimérentable blessé conjugalement. Dignes coeurs dévoués repeindront ambulance pour notaire.
  82. Selon que vous serez puant ou sale, les gens d'Ur vous ont lac ou or.
  83. Le son que vous pressez, sa nuit rase m'oublie. Nu, je dégèle. Scrotums nus vont dorer un bon corail.
  84. Soluble, l'amour ? Sûr ! Je pense que ce serait un bon truc si on dévergondait l'evzone sous nos murs.
  85. Résolu, dévoué, je suis grand, fort, utile à celle que je sers, mordu pour le sport... macho, quoi !
  86. Seule, unique Ève saisie... Ouïr Zoé épuisée, seyante mais rebelle, sa joie gamine et sa douceur avouée, sereine. Dure nuit oubliée, incinérée.
  87. À ce milord pur-sang, ce mignon sultan, ces chics cours-là prescriront un bath verdict : tout blanc ! Et sinon ? Un an de prison, sûr.
  88. D'après le rang, l'arrêt sera civil ou trop dur.
  89. La cour est insulte, noir calice à un sort cruel, antisociale. Son truc ? « Là, tu es noir ! »
  90. Vous voyez que le juge rend l'outlaw complexé et fait blanc le cheik.
  91. Voyez que khéroub fada juge impécunieux outlaws !
  92. Le juge blond fayot a été porter du vieux whisky au vizir âgé qui fume, mais le minable clochard sans poste n'ose rien attendre.
  93. Aux barons, comtes, doivent être faits grands honneurs. Inique juge kafkaïen, le misérable n'obtiendra pas que réduisent ses tourments !
  94. Melon bue sous xerez ouissant du pisérable, tes rugements ce jour nous vendront flanc au loir.
  95. Accusé aisé, aristocratique ? Alcade accordera assurément acquittement amical. Accusé appauvri, affamé ? Alors alcade accablera, assimilera à assassin.
  96. Brigadier biaisé braille bêtement : blanchissons bons bourgeois, blâmons bougres besogneux !
  97. Cette cour considère comme charmant chaque citoyen cossu, condamnant cependant comme criminels ces chétifs clochards.
  98. Des débauches de deniers déterminent des disculpations définitives, des dettes déclenchent de dures détentions.
  99. En examen, être éminent évite ennuis et embêtements. Être endetté et économiquement exsangue entraîne exclusion et enfermement.
  100. Fêtard fastueux, fortune florissante ? Forcément franc ; formalités fortement favorables. Faible faquin fauché ? Fatalement fautif ; fouetté, flétri, fustigé, finalement fichu.
  101. Guide gouvernant gourous, greffiers, gendarmes : grâciez généreusement galants gentilshommes, glorieux généraux ; gredins, gueux gagneront geôles, galéres, guillotine.
  102. Hadrien, hâbleur habile, harangue Henri, haut hiérarque : habitué, Hadrien honore Henri. Hadrien harponne Habib, humble histrion, hippy honteux : haineux, Hadrien hurle haro, harcèle, humilie Habib.
  103. Inculpé important, influent, ira immanquablement impuni. Individu indigent ? Inique inquisiteur infligera illico incarcération indéfinie.
  104. Je juge joaillier, jet-setter ? Je justifie joyeusement, je joins jackpot. Je juge jean-foutre, jeune jobard ? Jugement jamais jouissif, je jette joliment !
  105. Selon que les keufs ont tacklé un apparatchik qui stocke les banknotes ou un pékin sans un kopeck, le kadi dira OK ou le rackettera.
  106. La loi léonine légitime les lords, le litige lèse lourdement les larrons.
  107. Monseigneur mérite manifestement ma mansuétude.
    — Mais maints misérables mourront malheureux, maudit magistrat !
  108. Nababs nantis, nous nions naturellement notre nocivité. Nécessiteux, nous ne négocions nullement notre noirceur.
  109. Official omnipotent ordonne officiellement : officier ostensiblement opulent ouira obligeance obséquieuse, outlaw obscur obtiendra odieuse oppression.
  110. Par procédure particulière, plusieurs puissants personnages peuvent parfaitement passer pour purs. Pas possible pour pauvre petit plouc promptement proclamé pécheur pendable.
  111. Quand quatre questeurs questionnent quelque quidam qualifié, quelque quartier-maître, quelle quiétude ! Quitus, quick ! Quid quand quelqu'un questionne quelque quidam quelconque, quémandeur, querelleur ? Quelquefois quelques quolibets, quelquefois quarantaine quinquennale.
  112. Résolution réglementaire rigoureusement respectée : riches rentiers repartent relaxés, roturiers ruinés restent rudement réprimés.
  113. Suspect, son sort sera scellé selon son statut social : sans suite si seigneur, sentence sévère si serviteur.
  114. Tête titrée, ton tribunal te traitera toujours très tendrement. Triste trimardeur, tu te trouveras tantôt terni, tantôt taulard.
  115. Usager ultrachic, universitaire urf ? Un uléma usuel utilisera une urbanité ultime. Usineur ulcéreux, usurpateur underground ? Un uléma ulcéré utilisera urgemment un ukase urticant.
  116. Vous vous voyez vigoureux, viril ? Vous vivrez vénéré. Vous vivotez, va-nu-pieds vulnérable ? Vous voilà vilipendé.
  117. Selon que vous serez un de ces happy-few pleins de cash-flow ou un clown frôlant le breakdown, après l'interview le steward vous donnera un ausweis pour le week-end ou vous enverra avec son browning au walhalla des outlaws.
  118. Deux tribunaux, examinant six généraux véreux auxquels s'annexent dix gueux miséreux, exécuteront ceux-ci, relaxeront ceux-là.
  119. Oyez, loyal jury ! Voyant dandy royal, soyez sympathique, fayotez hypocritement. Voyant pitoyable voyou, balayez, nettoyez, lynchez !
  120. Vizir balèze, allez bronzer : l'alguazil bazarde douze laissez-passer. Zonard assez naze, allez zyeuter Alcatraz, soyez-y zigouillé.
  121. La Loya Jirga interpella l'agha, interrogea sa fatma : ça s'arrêta là, l'intelligentsia resta persona grata. L'ouléma jugea la nana raplapla : sa fatwa l'identifia à la mafia, la condamna.
  122. Lorsque se présente une personne puissante, le délibéré se termine de manière clémente. Que comparaisse quelque misérable, le même juge se targue de faire preuve de grande sévérité.
  123. Selon un canon commun, un gentleman marron, bon, amen ; un vaurien bon-en-rien, non, aucun pardon.
  124. Juger fier chevalier, seigneur altier ? Interpréter : par faveur, laver leur honneur. Pour lascar inférieur, trimardeur obscur ? Leur donner peur, leur infliger dur labeur.
  125. Nous autres juges suivons toujours les traditions des cours : nous rendons blancs tous les puissants, mais noirs les misérables.
  126. Maint puissant comparaissant devant cet éminent magistrat fut absout, arrêt évidemment fort clément. Cependant, tout suspect indigent était systématiquement éconduit.
  127. Selon qu'on te saura éminent ou misérable, on t'affublera soit de blanc soit de noir.
  128. Selon que vous serez puissant ou miséreux, les jugements des cours vous rendront immaculé ou noir.
  129. Tout tribunal lambda ayant, très sûr, rendu un nabab blanc, colorera aussitôt tel loufiat trop pauvre en noir.
  130. Suivant qu'on a du pouvoir ou qu'on vit sans un sou, la cour où l'on comparaît nous fait soit blanc soit noir.
  131. Quand le prévenu a beaucoup de pouvoir, le jugement de la cour le blanchit ; quand il n'en a guère, il le noircit.
  132. Ahmad Hadj Akhbar, magnat afghan, a la baraka : la fatwa l'accabla pas. Nanard, l'hagard manant, l'a pas : ça s'acharna dans la casbah l'attachant, bagnard, à Alcatraz.
  133. Hervé de Lestelle, célèbre Vendéen enflé de pèze, se rend vers le greffe : le clerc l'encense et le révère. Bébert, déchet grevé de dettes, se présente de même : l'expert décrète des sentences sévères envers ses péchés.
  134. Sir Bill Griffith, zig chic d'Iniskin, prit-il fric infini ? Fictif, dit l'incivil vizir. Riri, biffin, prit-il cinq shillings ? Flic strict, incisif, inscrit : « sidi primitif d'instinct vil » (sic).
  135. Otto von Köln, gros consort goth, corrompt nos bons lords : « Honorons nos boss, dorlotons nos sponsors » pondront nos poltrons. Totor, clodo, sort son colt ? « Confondons l'ostrogoth, coffrons nos prolos ! »
  136. Utzül, Duc du Burdur, un summum turc pur jus, fut vu du guru : nul putsch, du pur fun. Juju, un gus du vulgum, un punk nul, fut vu : sûr, guru fut plus dur.
  137. L'arrêt atterrant rendra le gradé blanc, l'épave sale.
  138. L'ami à l'imam, il l'a mis blanc ; l'inactif paria, il l'a dit sali.
  139. Autant un grand-duc a un statut assurant un salut, autant un taulard brut aura un fatum abrupt.
  140. Les pros des procès combleront les snobs et nommeront les clowns félons.
  141. Dès que fut reçu le Duc, le juge fut mesuré. Sur le gus déchu, ce juge cruel fut en fureur.
  142. S'il est riche, l'inventif édile l'indemnise ; s'il est simple, il mérite discrédit et gibet.
  143. Injonction : si l'on dit trop mignon l'impoli Kronprinz, on dit noir l'honni polisson.
  144. Proclamons sans tort l'arrogant boss amoral ! Condamnons à mort l'assommant clochard tocard !
  145. Nous, cour, voulons un bonus pour tout lord, un coup fort dur pour tout loulou.
  146. Un tribun prit du fric, puis fut impuni. Un intrus minus, il subit un strict fusil.
  147. Selon qu'ils pourvoyaient un neuropsychiâtre ultraroyaliste ou un boyaudier mauroyiste, les byzantinologues sursoyaient ou le rudoyaient.
  148. Soit que vous soyez seigneurial ou pouilleux, ceux qui siégeaient aux cours vous faisaient saint ou meurtrier.
  149. Être prince ou clochard est important ? Incontestable, croient onze experts, tranchant entre inculpé irréprochable ou ignoble truand.
  150. On exécutera le purotin avec une sévérité totale ; la notabilité, tu la jugeras avec aménité.
  151. Cheik, seigneur, roi preux, maître altier, si on nous questionnait pour quelque plainte on pourrait tout nier puisqu'on sait bien qu'on va être acquitté. Et vous, pauvre être affaibli, on vous poursuivrait pour vous fourguer huit jours au trou.
  152. Soit vous êtes un haut dignitaire et la cour vous dira toujours immaculé, soit vous êtes pauvre et elle vous fera noir.
  153. Le calife chic, l'aimable chef ? L'alcade, amical, le clame lilial. Le mec malfamé, l'affligé de la biffe ? Ce même bailli habile l'amalgame à la mafia, le blâme, le décide illégal.
  154. Nous vous voyons pourvu ? Nous vous supportons, nous troquons vos sous pour un propos opportun. Nous vous trouvons voyou, tout nu ? Nous supposons vos torts, nous vous rossons.
  155. Accusé aisé, cossu même ? Siège acquis à sa cause, message soumis à sa guise. Co-accusé à sec, usé, émacié ? Saisie, saccage, quasi-séisme.
  156. Ce greffe dresse des actes avec effet de dégager de tracas des cadres gras et gavés et ce garde baffe avec des verges des braves gars grevés de dettes
  157. Un moujik à joli look, un lion ? Impuni ! Un junky honni, un loulou non muni ? Puni, lui, à mon opinion.
  158. ô roi ô tzar ô type autoritaire ta troupe patriote taira tout tort et arrêtera ta torture pour toi petit paria roturier ta partie apparaît pourrie a priori tire toi au trou pour perpette
  159. « HOMME BIEN BATI, EMINENT, OMNIPOTENT MEME. TON OPINION, O POTENTAT ?
    — TYPE HONNETE ET BON. ON NE T'EMBETE POINT, ON OMET TA PEINE.
    — PETIT BONHOMME, PAYE MINIME. TEMOIN EN ATTENTAT. TON OPINION ?
    — EXPIATION ! ON TE BANNIT, ON TE BATONNE, ON T'ABAT ! »
  160. Aga acta caca ? Gugga tut ça, gâta aga. Tata tagga, ça agaça Gugga ? Tac, Gugga tua tata !
  161. un meneur va en cour avec assurance car on exauce sans cesse ses vœux. nous — ses vassaux — nous encourons son courroux car on nous accuse sans mesure.
  162. Le type huppé, le juge le fait quitte de tout délit ; le faible, le pitoyable, il le dit fautif et l'afflige !
  163. Affilié à la Jet, l'adjoint de la loi t'enjôle et fait ta joie. Jojo naïf et endetté, il te lie et t'enjoint le donjon.
  164. Les arrêts font obligatoirement noir tout affamé, innocents nos éminents.
  165. Selon les classes régnantes, une juridiction commune capable saura taxer crûment minable crève-la-faim, simultanément aider les puissants.
  166. Clochard, chaque vol sera beaucoup châtié ; Crésus serait épargné.
  167. Selon que je serai descendant d'une vénérable famille de haut lignage
    ou un vagabond, un laquais, un champi, un barjot, un biffin,
    la chambre qui me juge devra finalement opter
    pour des hommages, une faveur qui me comblera de joie,
    ou m'avilir sans justification, plus honni qu'un bagnard.
  168. Rupin ni fin ni pur,
    ta relaxe viola la loi, vexa le rat.
  169. Trot nos rein tiares regel port terra nu ! Éluat ne ! Ressac ! Rivés ? Essor lamina nu, écalas tar nu te. Retapé sel te résuma sel éroda nô, (rats repus, bons rimé) sac snob sel.
  170. sed puad snou au uo puenb 'sapuawe,p awwosse snou uo : suahow ap suonbuew snou 'snoN —
    nos un sed apuewap snou au uo : anbueq ua awwos auuoq aun e uo 'apuow np sawwoH —
  171. Selon que vous avez un haut rang ou des fonctions humbles, un tribunal vous rendra soit blanc soit noir.
  172. Suivant que la cour examine Lord Macbeth ou l'infortuné Macdonwald, son avis change : il va du très indulgent au moins humain.
  173. Selon que
    vous êtes
    faible ou
    important
    les juges
    des cours
    vous font
    soit tout
    noir soit
    innocent. 
  174. La cour
    nous dit :
    « bandit
    encourt

    toujours
    — maudit
    édit ! —
    cent jours ».

    Les maîtres,
    ces traîtres,
    effet

    troublant,
    sont faits
    tous blancs.
  175. Puissant, misérable.
    Deux jugements sont rendus
    L'un blanc, l'autre noir.
  176. Quand tu as plaidé,
    on te fait blanc si tu flattes,
    noir si tu déplais.
  177. Tête, ester te sert.
    T'es serré ? Reste terré :
    tester est stresser.
  178. Il y avait un puissant seigneur nommé Hassan
    Qui mettait le pays autant à feu qu'à sang
        Mais la cour jugea préférable
        De condamner un misérable
    Encensant en passant l'accent cassant d'Hassan
  179. C'est aujourd'hui que la cour juge
    Quel accusé sera fait blanc
    Et quel autre sortira noir.

    Ce puissant, le rendra-t-on noir ?
    Certes non, déclare le juge :
    Il ne saurait être que blanc.

    Et ce misérable, est-il blanc ?
    Le tribunal le dira noir
    En suivant l'opinion du juge.
  180. À
    toi
    puissant
    la cour ne dira
    que du bien et cependant
    contre toi misérable elle décrètera
    des arrêts toujours sévères et jamais indulgents 
  181. Jamais de grabuge
    Pour vous, les puissants :
    La cour qui vous juge
    Vous rend toujours blancs.

    Mais vous, misérable,
    N'ayez nul espoir :
    Vous serez coupable,
    On vous rendra noir.
  182. Lonseu que vous serez sanpui ou rableumi, les menjuge de reuk vous rendront amble ou reunoi.
  183. Savelavon quaveu vavous saveravez pavuissavant avou mavisavéravable, lavés javugeavemavents daveu cavour vavous ravendravont blavanc avou navoir.
  184. Lelonsem que vous leressé luissanpem ou lisérablemeu, les lugemenjés de lourkem vous lendronrem lanbeu ou loirné.
  185. Solan qeo vaes soroz peussint ae musóriblo, los jegomonts do caer vaes rondrant blinc ae naur.
  186. Sc1on gue uOuSsefez pwsSart eu m1sëra61ę 1e5 juqen.ents Φ ∞ur vws ¬end '0nc 61anc eu noin
  187. char *cour(int vous) {
        char *jugement;
        switch(vous) {
            case PUISSANT :
                jugement = "blanc";
                break;
            case MISERABLE :
                jugement = "noir";
        }
        return(jugement);
    } 
  188. (defun cour (vous)
      (cadr (assoc vous '((puissant blanc) (miserable noir))))) 
  189. jugement(X, Y, blanc) :- cour(X), puissant(Y).
    jugement(X, Y, noir) :- cour(X), misérable(Y). 
  190. class Cour {
        var $jugement ;
        function Cour($vous) {
            switch ($vous) {
              case "puissant" :
                $this->jugement = "blanc" ;
                break ;
              case "misérable" :
                $this->jugement = "noir" ;
                break ;
            }
        }
        function juge() {
            return $this->jugement ;
        }
    } 
  191. <p class="jugement"> <span style="color:#FFFFFF">Vous</span> êtes puissant, <span style="color:#000000">vous</span> êtes misérable.</p>
  192. Je nachdem ob Sie mächtig oder elend sein werden, werden die Hofurteile Ihnen weiß oder schwarz machen.
  193. Selon que vous serez puissant ou malheureux, les jugements de cour vous rendront noirs blancs ou.
  194. According to whether you are powerful or miserable, the judgements of court will return to you white or black.
  195. Selon que vous êtes puissant ou malheureux, les jugements de la cour vous renverront le blanc ou le noir.
  196. Según que será potentes o miserables, los juicios de tribunal le volverán blancos o negros.
  197. Comme qu'il sera puissants ou misérables, les jugements de tribunal lui retourneront blancs ou noirs.
  198. Sémantique quelque vouvoiement sergent pullulement ouaouaron misogyne, lésine juillettiste déambulatoire courbaril vouvoiement renfermement blancheur ouaouaron noircissure.
  199. Selon que vous serez pulsatif ou misogyne, les juifs de courante vous rendront blasé ou nomade.
  200. Selon que vous serez pull-over ou miséreuse, les jujubiers de coût vous rendront blaps ou noix.
  201. Selon que vous serez moussant ou insérable, les véhéments de four vous rendront flanc ou soir.
  202. Dans la mesure où vous aurez un grand pouvoir de fait ou vous serez au bas de l'échelle sociale, les sentences rendues par une autorité (temporelle ou spirituelle) d'un tribunal d'un ordre supérieur seront pour vous cause qu'une personne ou qu'une chose devient d'une couleur combinant toutes les fréquences du spectre, et produisant une impression visuelle de clarté neutre, dont la nature offre de nombreux exemples, ou de l'aspect d'un corps qui produit une impression particulière sur la vue du fait que sa surface ne réfléchit aucune radiation visible.
  203. Selon que vous vous sentirez baraqué ou mince, les rumeurs de rue sans issue vous vomiront vin ou café.
  204. Selon que vous serez un homme d'affaires ayant fait un début dans la vie à la Bourse ou l'enfant maudit aux illusions perdues pris dans une ténébreuse affaire, les petits bourgeois vous garantiront la paix du ménage ou vous infligeront la vendetta, véritable pathologie de la vie sociale.
  205. Un jour, un seigneur de province m'avait vendu sa femme sous la forme de macchabée. Cet acte lui valut le grand cordon car le juge, au moment suprême, lui dit : « Je m'en vais mettre fin à votre pénible supplice ; sache que j'apprécie à sa valeur le geste. » Moi qui ne suis pas capitaine, au petit jour on m'a réveillé : lorsque les gendarmes m'ont pris pour m'envoyer à la Santé, m'auraient collé au mur avec ou sans bandeau.
  206. Un jour, vers midi, sur la plate-forme arrière d'un autobus de la ligne S, je vis un pauvre jeune homme au cou difforme, affublé d'un chapeau minable entouré d'une simple ficelle en guise de galon. Il accusa son voisin, un honorable représentant de la haute bourgeoisie, de lui marcher volontairement sur les pieds. Les autres voyageurs, assemblés en une sorte de cour improvisée pour juger ce différend, innocentèrent sans hésiter le puissant personnage, assurés que le fautif ne pouvait être que le jeune misérable.
  207. Ô rage ! ô misérable ! ô puissant ennemi !
    N'ai-je jugé en cour qu'en rendant blanc ou noir ?
  208. Selon que vous serez le veuf, l'inconsolé,
    Puissant ou misérable à la tour abolie,
    Les jugements de cour et mon luth constellé
    Vous rendront blanc ou noir de la mélancolie.

Voir le commentaire

© Nicolas Graner – mai 2001 & juillet 2011

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/puissance.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 09/04/2014.