Aller au menu
Aller au pied de page
logo de Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Dilatation

Gilles Esposito-Farèse & Camille Abaclar

Précédent : Devoir Un avatar au hasard Suivant : Dilution

(Première étape)

Mon humeur est enfouie en pleine obscurité.
Celle qui fut ma femme a cessé d'exister.
Nul réconfort ne peut soulager mon chagrin.
J'étais un grand seigneur, le maître suzerain
De cinq départements au sud-ouest de la France.
Aujourd'hui le château qui fut ma résidence
Est réduit à néant, effacé, annulé.
Mon astre producteur d'énergie a brûlé
Comme une naine brune, et mon ancien théorbe
Parsemé de brillants et phosphorescents orbes
Est maintenant couvert d'un triste et ténébreux
Condensat de neutrons devenu poussiéreux.
Mon sang est saturé d'épaisse bile noire.
Ça va durer longtemps, cette gonflante histoire ?


(Deuxième étape)

Le liquide organique engendré par mon corps
A été enfoncé au tréfonds du décor
Dans une quantité maximale et massive
D'absence de lumière assez rébarbative.
L'être humain féminin que j'avais épousé
A choisi d'interrompre et de paralyser
Sa présence charnelle et sa vivante essence.
Rien de ce qui pourrait ranimer ma vaillance
N'a su me décharger de l'écrasant fourbi
D'un moral irrité fait de peau de brebis.
Autrefois je vivais plus haut que la moyenne,
Noble propriétaire aux florissants domaines.
J'avais l'autorité sur de nombreux vassaux.
On va vous épargner ce drame in extenso...


(Troisième étape)

L'incompressible fluide à l'écoulement doux
Composé de carbone et parfois de saindoux
Que mon anatomie matérielle, mon être,
A mis au monde comme un enfant pourrait naître,
A pénétré fort loin, se plantant tout au fond
Des plus secrets sous-sols, agrémentant plafonds
Et cloisons d'ornements, dans une multitude
D'unités de mesure atteignant l'amplitude
La plus grande que prend une valeur variable
En épaisseur, en poids, en substance palpable.
Ma mémoire défaille et je me sens distrait.
Les rayons électromagnétiques extraits
Des filaments ardents sont ingrats et revêches.
Avouez que ce texte inouï vous allèche !


(...)

Gercel Dénarbou et Georard Perval


Chaque mot est remplacé par une définition en alexandrins (application plate du procédé de « Littérature Sémo-Définitionelle poétique » de Marcel Bénabou et Georges Perec).


© Gilles Esposito-Farèse

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/desdi/index.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/09/2013.