Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Commentaire de
Pirouettes

Si ce n'est pas encore fait, lisez « Pirouettes » avant de lire la suite de cette page.

En bref.

Une collection de textes écrits lors du festival Pirouésie 2013.

Mais encore...

La septième édition du festival de poésie Pirouésie s'est déroulée à Pirou (Manche, France) du 28 juillet au 2 août 2013. Ce festival propose de nombreux ateliers d'écriture à contrainte, parfois au cours de promenades dans le village ou aux alentours. La page Pirouettes regroupe les textes que j'ai écrits au cours de ces ateliers. Chaque texte répond donc à une consigne précise proposée par l'animateur de l'atelier (Amélie Charcosset, Jacques Jouet, Olivier Salon ou Coraline Soulier) qui est indiquée ci-dessous. Ils ont été composés en un temps très court, même si certains ont été légèrement retouchés par la suite. Les ateliers comprenaient aussi d'autres exercices dont on ne retrouve pas la trace ici : écriture collective, mémorisation de poèmes, improvisation...

Cette page se prolonge sur Repirouettes qui présente les textes que j'ai écrits à Pirouésie en 2014.

Lundi matin – 1

Consigne : écrire un poème dont chaque vers contient un mot relevé dans les graffitis du village fantôme.

Le village fantôme de Pirou est un ensemble de bâtiments abandonnés depuis la faillite d'un projet immobilier dans les années 1970 et livrés depuis aux taggeurs et graffeurs. Parmi les centaines de mots visibles au milieu des graffitis, j'ai choisi les suivants pour les inclure, littéralement ou phonétiquement, dans mon texte : HGF – papillon – vous – chatte – beril – bombe – zota – on a qu'une vie – joz – potite – note – raid – pollution – police – punk.

Lundi matin – 2

Consigne : écrire un poème inspiré par le village fantôme.

Ce quatrain, écrit comme le texte précédent dans le village fantôme de Pirou, parodie le début d'El Desdichado.

Lundi après-midi

Consigne : écrire un texte en utilisant, dans l'ordre, neuf mots kirghizes dont la signification n'est pas donnée.

La signification des neuf mots imposés a été révélée aux participants après coup :

  • ashkazan : estomac
  • sözmö : plat à base de yaourt
  • rahmat : merci
  • bözö : yourte
  • shyrdak : tapis
  • kanat : aile
  • kandaysen : comment ça va ?
  • jakshy : ça va bien
  • kymus : lait de jument fermenté

Le szmalz n'est pas un mot kirghize mais une pure invention de ma part.

Mardi après-midi

Consigne : après avoir lu le sonnet en X et le sonnet du cygne, écrire un distique ou un quatrain dans le style de Stéphane Mallarmé.

Ce quatrain est inspiré par la promenade du matin sur la plage de Pirou. Noter que le mot « vague » à la rime du premier et du dernier vers est une fois un nom et l'autre fois un adjectif, mais on ne sait pas lequel est lequel.

Jeudi matin

Consigne : après avoir suivi une conférence-promenade sur les plumes, écrire l'autobiographie d'une plume.

J'ai fait le choix d'écrire, sous forme d'un sonnet, l'histoire de la toute première plume. D'après les découvertes récentes de fossiles de dinosaures en Chine, les minces fibres de kératine qui évoluèrent plus tard en plumes ne pouvaient servir ni au vol, ni à l'isolation thermique : c'étaient probablement de simples ornements jouant un rôle dans la sélection sexuelle.

Jeudi après-midi – 1

Consigne : décrire une expérience de « philosophie quotidienne » en s'inspirant du livre 101 expériences de philosophie quotidienne de Roger-Pol Droit (éditions Odile Jacob, 2002).

Jeudi après-midi – 2

Consigne : raconter un trajet sans utiliser aucune information de nature visuelle, et avec au moins deux indications relevant de chacun des quatre autres sens.

J'ai fait le choix d'écrire ce texte sous la forme d'une morale élémentaire.

Vendredi matin

Consigne : en s'inspirant d'une photo, écrire un texte à démarreur en remplaçant le classique « Je me souviens... » par « J'aurais aimé me souvenir... ».

La photo dont je suis parti pour me réinventer une enfance est une vue des Ardennes belges prise par Coraline Soulier et reproduite avec son aimable autorisation.

Vendredi après-midi

Consigne : parodier un poème tiré de Les nuages de Paris de François Caradec (éditions Maurice Nadeau, 2007) pour l'appliquer à Pirou, en conservant la même métrique et les mêmes rimes.

Le poème choisi est Il faut de tout pour faire une ville (page 12).


Revenir au texte

© Nicolas Graner – 2013

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/pirouettes-exp.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 14/09/2014.