Aller au menu
Aller au pied de page
logo de Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Beckettien

Bernard Desroches

Précédent : Beau présent 2 Un avatar au hasard Suivant : Bègue

El Desdigodo

Je suis le poussiéreux, la cloche enténébrée
Le farceur de Dublin à la vive amnésie,
Ma seule godasse est morte et mes deux pieds cabrés
Portent les orteils noirs de mon anesthésie

Dans la nuit du plateau, toi qui m'as célébré
Rends-moi les Monts Wicklow et l'esprit de Lucky,
L'arbre sec où percha son chapeau délabré
Et la tourbe où la stout ennoie n'importe qui.

Suis-je Didi ou Gogo ? Belacqua ou Molloy ?
Ma bouche est rouge encore des huit pierres sucées
J'ai rêvé Sandycove où nagent les pensées

J'y ai cent fois échoué, mutique Killiney boy :
Bombardant tour à tour des créneaux Martello
Les bégaiements de Joyce et les cris de Pozzo.

Vladimar de Nestragon


Samuel Beckett (1906-1989) est ici baptisé le farceur de Dublin et il l'a bien cherché, il ne s'est pas privé de baptiser Démocrite « le farceur d'Abdère ».

Les personnages de Beckett sont très généralement de la cloche, ce sont de célestes clochards terrestres.

Les Monts Wicklow sont au sud de Dublin, Beckett y avait, disent les irlandais, rendez-vous avec Godot. La source précise de l'inspiration d'En attendant Godot est connue : c'est un tableau de 1824 de Caspar David Friedrich : Un homme et une femme contemplant la lune. Magnifique tableau. Viser l'arbre. Au pied duquel Vladimir et Estragon attendent, dans la pièce. Vladimir, nommé Didi par Gogo, Estragon nommé Gogo par Didi, Lucky (l'esclave) et Pozzo (le maître) sont quatre des cinq personnages de la pièce (le dernier est un jeune berger). Lucky ne peut réfléchir sans son chapeau. Pozzo lui crie dessus et lui donne des ordres divers. Les chaussures (que je dis godasses vu qu'il s'agit de Godot) ont beaucoup d'importance dans la pièce.

L'Irlande est la pays de la tourbe brune et de la stout, bière brune faite avec son eau.

Belacqua est le Belaqua (les deux orthographes sont bonnes) de Dante, personnage présent dans divers textes de Beckett. Beckett voyageait toujours avec son exemplaire de la Divine Comédie. Jeune, il a écrit un très délié Dante... Bruno. Vico... Joyce.

Molloy est le Molloy de Beckett. Dans la première partie — hilarante — de ce livre, Molloy se promène sur la grève et l'on peut conjecturer sans grand risque d'erreur qu'il s'agit de la grève de Killiney, au sud de Dublin. Molloy raisonne sur la façon logique de sucer équitablement, c'est-à-dire à tour de rôle, ces pierres. Huit pierres, ce qui est un problème considérable, car il n'a que deux poches. De la côte sud de Dublin, Sandycove est une plage où Beckett se baignait. Toute proche : une tour Martello, une de ces tours de défense épaisses et râblées édifiées à l'époque napoléonienne pour surveiller les côtes, dont le nom vient de l'inversion du corse « Mortella ». Cette tour Martello de Sandycove est celle où Joyce écrivit l'Ulysse.

« Échoué », en antagon du « vainqueur » de l'originerval, mais aussi parce que les corps échouent sur la grève de Killiney, poussés par le jusant, et surtout parce que la théorie esthétique de Beckett était « l'art comme échec », et qu'il y a bien réussi.


© Bernard Desroches

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/desdi/beck respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/09/2013.