Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Prose

Christian Merle

Précédent : Prolétaire Un avatar au hasard Suivant : Proustien

Je suis quelqu'un de ténébreux, un veuf que rien ne console. Je suis comme jadis ce prince d'Aquitaine qui n'eut plus de château. Non plus de lumière. Je suis dépossédé. La nuit venue, je pleurais et tu m'as consolé. Comme lorsque nous visitâmes Naples à la faveur du printemps. Sa baie, sa flore et ses vignes. Je sens encore au fond de moi ton Amour, bien que tu m'aies quitté. Et lorsque parfois la mort m'appelle — avec des cris d'orfraie — tel un Ulysse se défiant du chant lancinant des sirènes, je résiste au bruissement de son souffle et me repose enfin.


© Christian Merle – 2017

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://graner.net/nicolas/desdi/pros respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 13/03/2017.