Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Possédé

Bernard Maréchal

Précédent : Popel Un avatar au hasard Suivant : Pot-pourri

El Desposeido

Le soleil ténébreux d'un crêpe inconsolé,
Ô Lune d'Aquitaine, emmitoufle, abolie,
— Dors, étoile, à ton gré, sombre luth constellé,
Et plonge le soleil, gouffre — Mélancolie !

Je t'aime ainsi, tombeau. Pourtant, m'as consolé.
Comme le Pausilippe sort de l'Italie,
Te pavaner plaisait, folie, cœur désolé.
C'est bien, treille où poignard à la rose s'allie !

Allume, Amour, la flamme des lustres, Biron !
Allume, rouge encor, les regards de la reine,
Tout de toi dans la grotte, morbide sirène.

Sois ce que j'ai deux fois : nuit noire, l'Achéron.
Il n'est pas une lyre en tout mon corps d'Orphée
Qui ne crie : Ô soupirs, Belzébuth de la fée !

Charlard de Baudeval


Hybridation vers par vers entre le sonnet Le Possédé de Charles Baudelaire (1821-1867) et El Desdichado. Chaque vers contient alternativement quelques mots du Possédé, quelques mots du Desdichado, quelques mots du Possédé et la rime du Desdichado.


© Bernard Maréchal – 2016

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://graner.net/nicolas/desdi/poss respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 15/04/2016.