Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Cornélien 2

Bernard Maréchal

Précédent : Cornélien Un avatar au hasard Suivant : Coupé

Voir aussi :
Comédie
Cornélien
Théâtre de l'absurde

El Descampeado

Suis-je objet malheureux ! Mon père est offensé,
Gormaz en quarantaine, à ma race avanie.
Tous mes plaisirs sont morts et son œil amoché
Porte le sillon noir de sa gloire ternie.

Dans sa nuit, Don Diego du combat empêché,
Je demeure immobile : aimable tyrannie,
Sainte si près de voir mon feu récompensé,
Fée qui retient mon bras. Injuste zizanie !

Suis-je amour ou vengeance ? Honneur de ma maison ?
Mon affront impuni ? Ô Dieu ! L'étrange peine !
Je rêve de punir le père de Chimène,

En ne me vengeant pas, sans tirer ma raison.
Tour à tour généreuse est mon âme égarée,
Mais ensemble amoureuse... Ah ! La perte assurée !


Parodie de la tirade de Rodrigue dans Le Cid de Pierre Corneille (1606-1684), acte I, scène 6. Ce point de vue du fils répond à celui de son père.


© Bernard Maréchal – 2016

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://graner.net/nicolas/desdi/cor2 respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 05/03/2016.