Aller au menu
Aller au pied de page
logo de Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Dilution

Nicolas Graner

Précédent : Dilatation Un avatar au hasard Suivant : Disparition

Voir aussi :
Dissociation

El Degradado


Ma seule étoile est morte, — et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.
Dans la nuit du tombeau, toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon luth consolé,
Le prince d'Aquitaine à la tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la fée.
Je suis le ténébreux, — le veuf, — et les cris de la mer d'Italie,
La fleur désolé,
Rends-moi le soleil noir de la nuit du tombeau, toi qui m'as consolé,
Rends-moi le pampre à la fée.
Je suis le pampre à la fée.
Je suis le pampre d'Aqui m'as cris de la tour abolie,
La fleur la grotte est mon consolé,
Les cris vaine ;
J'ai de la reil nui quis se la toi d'Aqueux, — la ronte, — lipane lignch qusins-m'agrêva ds 'M .


Chaque caractère est tiré au hasard en fonction des N caractères précédents et de leurs apparitions dans El Desdichado. Il s'agit d'une chaine de Markov littérale, surnommée « dissociated press » en anglais. La valeur de N décroît progressivement de 20 (texte identique à l'original) à 0 (texte aléatoire).


© Nicolas Graner

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/desdi/dilu respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/09/2013.