Aller au menu
Aller au pied de page
logo de Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Philosophique

Alain Zalmanski

Écouter

Précédent : Petits poids Un avatar au hasard Suivant : Phonétique

Voir aussi :
Bergsonien
Heideggerien
Spinozien

Le Machon

ou de la Mélancolie ; genre viscéral

Interlocuteurs

D'abord : Dédichadore, Epithéététe, ami de Dédichadore.
Ensuite : Aristope, Clitoris, Maxiton, Derrida, Socrate.

Dédichadore

Je crois être prêt à vous faire par le menu le récit que vous me demandez. Dernièrement en effet je venais d'Aquithènes où j'habite comme Diogène dans une tour en ruine et un navarque de ma connaissance m'appela de loin : « Hé ! l'homme d'Aquithènes, Dédichadore, s'écria-t-il en badinant, attends-moi donc. » Je m'arrêtai et l'attendis. « Dédichadore me dit-il, je te cherche justement pour te questionner sur ta situation. Quelqu'un m'en a déjà parlé, qui les tenait de Phœbus, fils de Polystyrène mais il n'a pas pu être très précis. Rapporte-moi donc toi-même le discours que tu as connu devant Socrate et d'abord d'où te vient cet air mélancolique ? » On voit bien, fils de clérouque1, lui répondis-je, que tes informations sont peu précises, mais les amnésiques n'ont rien d'inoubliable. Si tu penses à la réunion récente à laquelle j'ai assisté, je me suis en effet attaché à Socrate car lui seul pouvait me consoler. J'étais solitaire, éploré depuis mon veuvage et j'errais alors que les choreutes2 célébraient la victoire avec les grands luths, alors qu'Aldébaran s'était éteinte et que Melancholie m'étreignait.

Epithéététe

Tu es toujours le même, Dédichadore, ô ami très cher, gardien du tombeau, qui m'as donné le Pausilippe et une partie de la mer d'Italie. Tu crois toujours que tu es le plus malheureux et à t'entendre, tout le monde est misérable sauf Socrate.

Dédichadore

Oui, cher Epi, lochographe3 zélé d'Hénon, à qui j'ai également confié ma vigne, mon jardin et ma fleur. On m'a donné le sobriquet de ténébreux et j'en suis furieux contre moi-même.

Epithéététe

Mais par Zeus, quelle est cette histoire de rencontre dans la grotte où tu nageas, hydrophile tel Kothon, dans le bonheur physique (érotique) et proche des dieux (agapes) par tes amis donnés.

Dédichadore

Effectivement j'ai rencontré Socrate, sortant du bain et accompagné de quelques peltastes4 et péripoles5 qui l'égayaient d'un péan6 composé par Théo de Rhakis7. Il y avait également le taxiarque8 Clitoris, gardien de la caverne et Blasphème l'énarque9 pentacosiomédimne10.

Socrate

Qu'entends-je mon jeune ami et vous fils d'Adynathon ? Vous parliez de nous et je présage que vous voudriez connaître la nature de l'Amour et celle de la Poésie ; et toi Dédichadore, fils de Nerthéoval tu voudrais pouvoir choisir entre l'Amour et Phœbus, entre les vers, le mètre et le maître. Mais où le mettre ?

Maxiton l'Archonte

Par Caron, nautonier infernal, s'il se peut faire de changer de bord et de passer de l'autre côté de l'Achéron puis faire revenir et faire repasser encore ?

Aristope

Oui le mouvement du pentecontère autour de lui-même lorsqu'il s'appuie sur deux centres n'est pas le même que pour un triacontère qui ne s'appuie que sur un centre ou si le centre change de place. Tout dépend si l'on navigue à la voile ou autrement.

Socrate

C'est cela mes enfants. Il faut que Dédichadore soit un sans être plusieurs donc non un et qu'il ne s'identifie ni aux déesses ni aux muses et encore moins aux hamippes12 ou aux néodamodes13. Il vaut mieux s'afficher avec des mousses que taire des penchants que j'ai essayé de vous apprendre sur l'amour et la beauté. Aristope vous aide en ramenant sa science et en vous donnant aussi le point de vue de l'escargot sur l'hermaphrodisme.

Aristope

C'est vrai car sur l'Achéron Dédi aurait intérêt à utiliser les services d'un bon kybernétès14 pour éviter les méfaits de l'air et de l'azote et ne pas aborder les crues de façon pathologique.

Socrate

J'imagine, amis, que je dois continuer à m'adresser à Dédichadore et à ses mythes que l'on ne peut abolir plutôt qu'à Epithéététe.

Derrida

Non, parle à tout le monde, je te prie, ô vieillard couillu polyvalent.

Clitoris

C'est indéniable, ô fils de Crétois menteurs.

Socrate

Donc une fois mort d'Amour et chanté par Orphée, le grand Chorège, fils de Calliopte Dédichadore rejoindra les Dieux et deviendra immortel. L'amour rendra le mortel immortel et éternel. Or le désir de l'immortalité est inséparable du désir du bien donc de l'amour. Il s'ensuit que l'amour est aussi l'amour de l'immortalité. Or Socrate est amour. Derrida, ami hilote, qu'en déduis-tu ?

Derrida

Pourquoi moi, vénéré maître au front hâlé par le raisonnement intérieur ? Je ne sais pas encore convertir des cotyles en chenices ou des drachmes en oboles ou en euros17, alors des syllogismes.

Dédichadore

Il a raison, ne chicanons pas le fils d'Erythème fessu, alors que pour ma part j'ai compris dans ton discours de fermes exhortations à toutes les formes d'amour, du pair et de l'impair dans lequel deux n'a pas sa place. Je ne me cherche plus mais ne pourrai jamais répondre correctement à la question « qui suis-je ? » et je sais que toi, Socrate, tu sortiras toujours ta boîte de mythes.

Socrate

Tout à fait, Dédi mon beau pâtre, tout à fait ; il faut toujours, mon cher disciple, savourer les prêches de vos maîtres.

[1] Clérouque : colon installé par Athènes sur des terres confisquées à des cités indociles.

[2] Choreute : participant au chœur souvent sous la direction du chorège désigné par l'archonte.11

[3] Lochographe : écrivain professionnel rédigeant pour ses clients les plaidoyers ou réquisitoires destinés à être lus devant un tribunal.

[4] Peltaste : soldat thrace armé à la légère et donc très agile.

[5] Péripole : jeune athénien effectuant son service militaire dans un corps spécial commandé par le péripolarque.15

[6] Péan : chant de guerre entonné par les soldats grecs allant au combat.

[7] Théo de Rhakis : fils de Tynnichos de Chalkis qui selon Platon avait composé avec le péan le plus beau des poèmes.

[8] Taxiarque : officier supérieur athénien commandant les hoplites.16

[9] Énarque : cadre dirigeant de la cité, issu de l'École Normale d'Athènes.

[10] Pentacosiomédimne : citoyen athénien à très haut revenu (à l'opposé des thètes qui étaient les smicards de l'époque).

[11] Archonte : magistrat athénien désigné par tirage au sort.

[12] Hamippe : soldat d'infanterie porté en croupe par un cavalier.

[13] Néodamode : hilote affranchi pour service rendu.

[14] Kybernétès : pilote expérimenté sous les ordres théoriques du triarque commandant le trière.

[15] Péripolarque : chef du corps des péripoles.

[16] Hoplite : soldat servant dans l'infanterie lourde.

[17] Sachant que le salaire d'un ouvrier qualifié était d'une drachme soit deux fois le SMIC par jour et qu'il pouvait s'acheter soit deux cotyles de vin, soit 2 chenices d'hydromel, alors que le vin vaut à la chenice 2 oboles de plus que l'hydromel, on trouvera aisément les équivalences grâce à Diophante. On prendra en première approximation la drachme attique à 4,36 grammes d'argent, le minimum vital à 3 oboles et le talent à 6000 drachmes. (Problème posé par Aristope au concours d'entrée à l'école des enarques)


Pastiche des dialogues de Platon (424-348 av. J.-C.).


© Alain Zalmanski

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/desdi/phil respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 20/09/2013.