Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Avatars de Nerval

Avatars de Nerval

Troisième degré

Francis Assaf

Précédent : Trisyllabes Un avatar au hasard Suivant : Tronçonné

Voir aussi :
X+1 fonctionnel 1

— Monsieur Quenot, pourriez-vous passer à mon bureau après le cours ?

— Certainement, Professeur Desdonado.

(Au bureau du professeur Desdonado)

— Monsieur Quenot, votre mémoire sur le calcul tensoriel des contraintes de Maxwell est nul. Je n'ai pas pu le digérer. Il est inconsommable, mon vieux. Qu'est-ce que vous faisiez pendant la pause de printemps ? Vous étiez censé y travailler sans relâche.

— J'étais en Arabie. Comme je m'intéresse à l'agronomie, j'y suis allé observer un projet : il s'agit d'abonnir le sol avec de la tourbe.

— Monsieur Quenot, voulez-vous bien cesser de reluquer ma secrétaire ?

— Ce n'est pas elle ; c'est son étole. Elle est simple et molle, mais elle est faite en fourrure de lynx. Ça me consterne. J'en ai le solen tout noué.

(La secrétaire) — Ce lynx est mort de mort naturelle : il faisait de la mélanémie.

(Quenot va décrocher un tableau du mur. Le professeur Desdonado est sidéré.)

— Quenot ! Voulez-vous bien raccrocher ce tableau tout de suite ? Vous allez me le rompre !

— Quel beau lac !

— Oui, c'est le Peïpous. (Quenot raccroche le tableau, puis il s'empare d'une statuette sur le bureau du professeur Desdonado.) Mais nom d'un chien ! Laissez cette statuette grecque tranquille ! Elle date du Ve siècle avant Jésus-Christ ! C'est la vierge d'Olympie ! Vous allez me la casser !

— Professeur, ayez foi. Votre panique est poignante, mais je la tiens fermement. Je n'ai pas le coin — pardon, le poing désossé.

(Le professeur Desdonado, apoplectique) — Mais je vais vous coller une trempe, moi !

— Voilà, voilà. (Il la remet sur le bureau.) Vous devenez rosse avec l'âge. Vous êtes sur une mauvaise pente. Et ces portraits ?

— Les inventeurs du calcul tensoriel : Ampère, Phédon, Luxembourg et Biton. Des génies ! Ah ! quand je les regarde, cela balaie la peine que j'ai éprouvée à lire vos bourdes innommables. Il y en a bien une trentaine, qui riblent — qui criblent — votre travail. Et dire que je suis là à faire le pied de grue dans mon propre bureau, devant un tel cancre ! C'est un travesti, pire que celui de l'Alagnon ! Triste moisson ! Mâche d'Ougrée !

— Que vous êtes sourcilleux ! Je ferais mieux de quitter cette salle. Ce soir, pour me remettre, je ferai une fouée. Mademoiselle, aimeriez-vous venir voir ma collection d'obis ? Les bras vous en tomberont.

— J'arrive, beau gosse. (Elle éteint son ordinateur, met son étole et sort avec Quenot.)


Tous les mots de la version X+1 fonctionnel de Raymond Queneau apparaissent dans ce texte, quasiment dans le même ordre.


© Francis Assaf – 2016

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteurFAQ

Cette page http://graner.net/nicolas/desdi/troi respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 19/09/2016.