Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothque d'alexandrins

L'inquiétude troubla une légère peine
La pauvre interrompait si des corps conviendront
L'arme et une vision, des nuits sinon des chiennes
Ils créent comme ils menaient sous l'as moyen et rond
Les maris arrêtaient tandis qu'une pluie rompt
Attention, le tapis ! hé ! vous n'aviez personne
Allô ! combien de ciels, quel impossible front !
Il signifie les fils, or elle s'abandonne

Nous étions des folies, — des impressions, — des chaînes
Les compagnonnes tuent quand les poches prendront
Trois cruelles odeurs sur trente-huit retiennent
L'amie, qui poursuivait, devint jusqu'au patron
Le membre attaquera que les toques plaindront
Quelles images nues couvriront les rayonnes ?
Des traces apprenaient quand des vues permettront
Il signifie les fils, or elle s'abandonne

L'autre oiseau n'étudie ni l'eau ni une plaine
Dix-sept seconds succès sur dix-sept apprendront
J'armai puis j'attendais pour l'eau morte et certaine
Un papa descendait que des prisons paieront
Nous vaudrons les abris, or nous nous déclarons
Tuent-ils une maison ? comme des compagnonnes ?
Sans les noires des lieux, ils nous amuseront
Il signifie les fils, or elle s'abandonne

Des marchands souhaiteront que la grotte interrompt
Nous jouons ou nous confions vers la présence bonne
La haute salua quand des vues placeront
Il signifie les fils, or elle s'abandonne


Choisissez un schma















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernire modification le 30/09/2014.