Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

Des impossibles vers fuient des clairs bancs entiers
Seize fils sur vingt-six vont les morceaux — dommage !
Dommage, un médecin ! attention ! je m'assieds
Une queue puis le fond, la chatte et un visage
Vingt-six pauvres curieux bloquèrent davantage
Le mot sinon l'espoir, des champs puis des courants
La force, qui vécut, emploie parmi l'image
L'art, qui traversera, suivait durant un rang

Les mémoires avouent nos diverses pitiés
Une terreur attache une gauche ou la page
L'étroit cas vrai tira : « j'offris une moitié »
Liaient-ils une maison ? sinon des fers sauvages ?
Les confiances coulaient notre semblable ouvrage
Comment ! combien de froids, quel énorme parent !
Votre vers commençait un jour puis le voyage
L'art, qui traversera, suivait durant un rang

Des vraies visions fondaient soit des maux soit des pieds
On tint les directions, or elle se partage
Des herbes ou des goûts, des peaux puis des sentiers
Trente mêmes derniers sur trente-huit engagent
Mille semblables trains sur trente-deux dégagent
Des terribles sols lourds appuieront un gros franc
La carte n'attendra ni des toits ni les âges
L'art, qui traversera, suivait durant un rang

Combien de dehors bleus liaient vingt-deux personnages ?
Le somme ne lissa ni les lieus ni les grands
Quel général meilleur saluera un courage ?
L'art, qui traversera, suivait durant un rang


Choisissez un schéma















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 30/09/2014.