Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

La bibliothèque d'alexandrins

Des ans, qui dominaient, étendent jusqu'aux tours
Des toques ressemblaient parce qu'un membre espère
Je quittai une sorte, — une côte, — la cour
Des foules rassuraient soit la voix soit l'affaire

Un escalier mêla si des marchés tirèrent
Dommage, le roman ! bof ! ils prévoient autour
Des minutes tendront jusqu'aux lèvres premières
Des ans, qui dominaient, étendent jusqu'aux tours

Les principes appuient jusqu'à l'horizon lourd
Trente-huit relations attendirent derrière
Des juges prêts devront : « nous rentrons des amours »
Des toques ressemblaient parce qu'un membre espère

Un or ne croisera ni les paix ni les pierres
La rue comme un auteur, des fois ou des discours
Des phoques n'inquiétaient ni l'eau ni la lumière
Je quittai une sorte, — une côte, — la cour

Combien de poésies, quels impossibles cours !
Lions-nous les sentiments ? ou les eaux étrangères ?
Des rouges ou des grains, les bois sinon des jours
Des foules rassuraient soit la voix soit l'affaire

Ils ont et ils avaient vers l'auteur militaire
Elle danse un cerveau, or elle se parcourt
Des fonds respireront près des sommes dernières
La faveur étalait par-devant les chefs courts


Choisissez un schéma
















© Nicolas Graner – juin 2014

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/alex.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 08/07/2016.