Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Insipides incipits

J'aimerais écrire un livre qui commence d'une façon vraiment originale.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une lettrine historiée.

J'aimerais écrire un livre qui commence par la description d'une balle de ping-pong vue de l'intérieur.

J'aimerais écrire un livre qui commence par la démonstration du théorème de Fermat-Wiles.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « les personnes qui voudront bien jeter un coup d'œil sur ce livre ne s'en feraient pas une idée précise, si elles y voyaient autre chose qu'un commencement ».

J'aimerais écrire un livre qui commence toutes ses phrases par les mêmes mots.

J'aimerais écrire un livre qui commence par la mort d'un homme et se termine par sa naissance.

J'aimerais écrire un livre qui commence par l'énumération des 512 233 nombres premiers dont le nom s'écrit sans E.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un effroyable rugissement.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un haïku.

J'aimerais écrire un livre qui commence comme un roman célèbre.

J'aimerais écrire un livre qui commence par le catalogue de la Bibliothèque d'Alexandrie.

J'aimerais écrire un livre qui commence le 24 juin 1975.

J'aimerais écrire un livre qui commence par le troisième chapitre.

J'aimerais écrire un livre qui commence ma carrière littéraire par un succès immédiat et considérable.

J'aimerais écrire un livre qui commence très lentement et accélère très, très progressivement pour finir sur un rythme endiablé, comme une csárdás.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « la marquise sortit à cinq heures ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par un enchevêtrement de désendettements, de dégénérescences et de réensemencements.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une rencontre entre le petit Nicolas, le petit Robert, le petit Prince et le petit Chose au Petit Clamart.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un tanka.

J'aimerais écrire un livre qui commence par la description d'un monochrome de Klein.

J'aimerais écrire un livre qui commence par la fin.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « je me souviens ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par la description d'un monochrome de Klein par un guide du centre Georges Pompidou.

J'aimerais écrire un livre qui commence comme un livre pour enfants et se termine par des horreurs insoutenables.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « oui ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par la description d'un monochrome de Klein par un guide du centre Georges Pompidou devant un groupe de visiteurs aveugles.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un combat entre un boyaudier mauroyiste et un ichtyosaure psychopathique. Ou réciproquement.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « le cadavre exquis boira le vin nouveau ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par un limerick.

J'aimerais écrire un livre qui commence par ce que je sais le mieux : « Messieurs, quand je regarde avec exactitude l'inconstance du monde et sa vicissitude ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par une analyse minutieuse du cadre de la Joconde.

J'aimerais écrire un livre qui commence en anglais, se poursuit en basque, en coréen, en danois et se termine en xhosa, en yakoute et en zazaki.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un message chiffré dont on ne donne pas la solution.

J'aimerais écrire un livre qui commence à prendre forme mais je ne le vois pas encore clairement.

J'aimerais écrire un livre qui commence au marché de Brive-la-Gaillarde.

J'aimerais écrire un livre qui commence tout et ne finit rien.

J'aimerais écrire un livre qui commence par expliquer comment l'hyperémotivité des okapis hétérométaboles influe sur la désidérabilité des aluminosilicates.

J'aimerais écrire un livre qui commence boulevard Bourdon par une chaleur de trente-quatre degrés.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un sonnet.

J'aimerais écrire un livre qui commence par onze pages blanches.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « l'ensemble des éléments qui constituent cet ouvrage est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et les lois en vigueur sur le droit d'auteur ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par une explication de la théorie de la relativité n'utilisant que des mots de moins de cinq lettres.

J'aimerais écrire un livre qui commence à 20h30 tous les soirs du mardi au samedi, 17h le dimanche, relâche le lundi.

J'aimerais écrire un livre qui commence à mille milles de toute terre habitée.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un dialogue entre une Marseillaise, une Paimpolaise, une Arlésienne et une petite Tonkinoise.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « si par un soir d'hiver un voyageur ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par un pauvre cowboy solitaire qui gazouille Daybreak Express face au soleil couchant.

J'aimerais écrire un livre qui commence en queue de poisson.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un pantoum.

J'aimerais écrire un livre qui commence le 15 septembre 1840, vers cinq heures du matin.

J'aimerais écrire un livre qui commence une demi-heure avant le Big Bang.

J'aimerais écrire un livre qui commence bien et finit mal.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « Gallia est omnis divisa in partes viginti duo ».

J'aimerais écrire un livre qui commence quelques jours après la mort thermodynamique de l'univers, quand le cadavre couvert de mouches commence à sentir.

J'aimerais écrire un livre qui commence mal et finit bien.

J'aimerais écrire un livre qui commence à partir dans tous les sens et je ne sais pas comment je vais faire pour lui donner un minimum de cohérence.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une scène de débauche où un magistrat aux cheveux filasse s'enivre de tabac et d'alcool fort.

J'aimerais écrire un livre qui commence bien et finit bien.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une sextine.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « longtemps je me suis douché de bonne heure ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par un mot de quatorze lettres de mon invention.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une conférence sur les fables de la Comtesse.

J'aimerais écrire un livre qui commence à peine qu'il est déjà fini.

J'aimerais écrire un livre qui commence par l'épisode de la croisière jaune où le pull-over rouge s'est pris dans le rayon vert de la bicyclette bleue.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une conférence sur les fables de la Comtesse donnée par un chercheur en physique nucléaire.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « au commencement était l'adjectif qualificatif ».

J'aimerais écrire un livre qui commence
avec ce moine marri qui se jure criminel.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une conférence sur les fables de la Comtesse donnée par un chercheur en physique nucléaire devant les élèves de l'École Normale Supérieure de la rue d'Ulm.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une fatrasie.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une évocation de Lisa Gherardini peu avant la naissance de sa fille Andrea.

J'aimerais écrire un livre qui commence par détailler le carnet de rendez-vous du barbier de Russell.

J'aimerais écrire un livre qui commence par cent phrases toutes bâties sur le même modèle pour créer chez le lecteur une sorte de transe accompagnée d'une immense lassitude puis qui enchaine sans transition sur une aventure palpitante sans lien apparent avec la litanie initiale mais le rapport apparaîtrait bien plus tard et pour que l'effet de contraste soit maximal il faudrait que toutes les phrases de la première partie soient très courtes afin de donner du rythme à l'ensemble.

J'aimerais écrire un livre qui commence à devenir vraiment intéressant à partir de la page suivante, et ce, quelle que soit la page où l'on se trouve.

J'aimerais écrire un livre qui commence et finit par « il est dix-sept heures vingt-trois Docteur Schweitzer ».

J'aimerais écrire un livre qui commence à m'obséder et je sens bien que je ne pourrais m'en libérer qu'en le couchant sur le papier mais je n'arrive pas à trouver la première phrase.

J'aimerais écrire un livre qui commence par la bébête qui monte qui monte et se poursuit par le mille-pattes paillard, le perroquet qui sanglote, la brouette japonaise, la marmite à tourniquet, le tournedos béarnaise et le derviche à grand braquet.

J'aimerais écrire un livre qui commence par énumérer les contraintes qu'il respecte.

J'aimerais écrire un livre qui commence mal et finit mal.

J'aimerais écrire un livre qui commence par un rondeau.

J'aimerais écrire un livre qui commence par le colophon.

J'aimerais écrire un livre qui commence enfin à me rapporter de quoi vivre.

J'aimerais écrire un livre qui commence par la rencontre des trois sœurs de Tchekhov avec les trois frères Karamazov tandis que trois mousquetaires surveillent les trois petits cochons.

J'aimerais écrire un livre qui commence à devenir vraiment ennuyeux à partir de la page suivante, et ce, quelle que soit la page où l'on se trouve.

J'aimerais écrire un livre qui commence en une grande plaine au bas d'une montagne et se termine près d'Assur.

J'aimerais écrire un livre qui commence en eau de boudin.

J'aimerais écrire un livre qui commence le 17 juin 1904.

J'aimerais écrire un livre qui commence par énumérer les contraintes qu'il ne respecte pas.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « Très Saint Père, humblement prosterné aux pieds de Votre Sainteté et implorant la faveur de la bénédiction apostolique ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par une ballade.

J'aimerais écrire un livre qui commence par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu comme par degrés jusques à la connaissance des plus composés.

J'aimerais écrire un livre qui commence à l'heure du breakfast dans un appartement londonien où un médecin examine une canne appartenant à un autre médecin.

J'aimerais écrire un livre qui commence par vn double a gaulche & vn double a droit repetez, puis les danceurs vont tousiours a gaulche six simples durant, a la fin desquels les ioueurs d'instruments font la cadance, lors les hommes preignent les femmes par le faulx du corps, & les font saulter & bondir en l'air, pour tumber a ladicte cadance, & cependant les hommes se tiennent fermes sur les pieds pour les soustenir, & en ces endroicts sont bien empeschez ceulx qui se parforcent de sousleuer celles qui ne se veuillent ayder de leurs coustez.

J'aimerais écrire un livre qui commence par une partie de Scrabble en hittite hiéroglyphique.

J'aimerais écrire un livre qui commence par les paroles du Petit Lauriston.

J'aimerais écrire un livre qui commence d'une façon tellement rebutante que personne n'aurait envie de lire la suite.

J'aimerais écrire un livre qui commence à 20h30 précises, les retardataires devront attendre l'entracte pour ne pas déranger les autres lecteurs.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « etc. ».

J'aimerais écrire un livre qui commence par énumérer tous les mots qu'il contient.

J'aimerais écrire un livre qui commence par « toute chose pourtant doit avoir une fin ».


Voir le commentaire

© Nicolas Graner – avril 2005

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/incipits.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Derničre modification le 30/08/2013.