Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Mnémostiches

Tambours, gants, braies, ce sont du Hun les seuls bagages.

Qui te rend si violent, et pourquoi tant de haine ?

Pour charger des moulins faut être fou à lier.

Je m'écrie, indigné : « Halte, à bas ce salpêtre ! »

Sois digne de ce scalp de haute provenance.

Hôtes sales partez et cessez vos agapes.

Ni sole, ni turbot, halles peu maritimes.

D'argent Fisc nous priva, nous voilà dans la r'dèche.

Charles vil ? Mais hier, aimé pour son art d'haine.

Harry, ai-je vraiment une crise de foie ?

Quand l'aube se leva, nous n'étions plus que trois.

Carcasse, honneur, horreur, la guerre est saligaude.

La verrons-nous dîner, et puis faire un rot d'aise ?

Mars, ayant bouche dure, aux neutres fait la guerre.

Quand vient le soir, l'affreux chacal va d'os en os.

Quand allez-vous cuire la poule au riz ? yaka !

Richard hante les rues, des femmes sans goût l'aiment.

Richard hante Marie, timide elle déçoit
ses ardeurs. Il la suit, de la roche elle choit.

Vos noces coûteront bien cher, petits-bourgeois.

Tulle : tissu léger qui nous fait le corps aise.

Ajax, si haut perché, tient un carquois d'écorce.

Ajax sillonne bien l'écorce du Sudète.

La Bastille accueillait quelques hôtes corsés.

Dix jongleurs allongés côte-à-côte dormaient.

Gressins, brie, œufs : pas de quota, remords dedans !

Creuse, petit lapin, ton trou dans les guérets.

Dors, doña Sol, tandis qu'Hernani périt gueux.

Que le labour est doux lorsque les bœufs en sont.

Va, lance ton cheval sur le vaste hippodrome.

Vous êtes bien fiévreux, sortez-vous tout à l'heure ?

Chartreux, feignant, tu dors ? Ce n'est plus l'heure, eh ! loir !

Finis c't air, ô ténor, qui ne connus qu'un père.

De la gare à chez nous, la distance est minime.

Prends note : gare au nez que tout loup zélé voit.

Allez vous mettre au chaud avant que vos mains gercent.

Elle gît, ronde dans sa robe aux bords dorés.

Ce héros, qu'on l'assomme, on peut lier ses mains !

Il est vilain', ô roi, de lutiner la reine !

Chatte au roux poil si clair, j'ai envie de te peindre.

Chacun à votre tour, vous tiendrez l'oie rétive.

Intègre, noble et bon, il connut la misère.

Au ballon, le sot niait ; au procès, il jura.

C'était un monde, Mars, en l'an deux de la Terre !

Noble oisif dort comme un loir et chérit son lit.

Loi revotée, pari perdu, l'absinthe est tienne.

Ote l'oie remontée de la cour sur le puits.

N'entendant ni latin, ni grec, l'oie rat' l'antique.

Au beau relais en feu l'eau a raison des flammes.

Caca, hors de propos, ne fais en ta culotte.

L'eau t'égare, ô neveu, ne nage pas à jeun !

Une amende infligée à tous ceux qui l'osèrent.

Un ange et un démon : amen et loi rebelle.

Le vainqueur de la manche emportera cinq lots.

Marre, non, de ce temps moche ? Allons en Champagne.

Il fait chaud mon ami, nos potes marnent dur.

Je trouve une charogne et ma hyène l'avale.

Meurs ! Tes mots, zèle vain, nous n'en signerons point !

L'allumeuse est partie au bar ; le duc aussi.

Va ! Ne crains rien, pêcheur, le poisson mord bien.

Une messe en latin : chants, mystère, mots, zèle.

Je ne verrai jamais où pousse le genièvre.

Lis la lettre d'amour, ces mots tendres t'honorent.

Beau vélo rutilant, en route je te croise.

Ah, lançons des bouquets qui ornent nos autels.

Ah, race d'avocats, pour vous pas de cas laids !

Sabre au clair, mon fer, en appui de dos, me garde.

Peau tannée, voire pire : Énée a de l'antique.

Tard buvant : l'accident — la faute pire est née.

Le vent est pire, Énée ! Oriente à l'air ta voile
et n'espère pis, niant que tu manques de toile.

Mon parrain m'a donné du strass pour du diamant.

Ce cache-col m'arrive à peine jusqu'aux reins.

Le vieux lion n'est pas près d'abandonner son trône.

Je veux ou l'emporter, ou qu'il ote son offre.

Quand ma concierge sonne, Éloi répond : « Entrez ! »

Le bon hussard te dit : fuis le mensonge vain !

Courant à travers champs, Berry perdit sa voie.

Anne, si elle crie, qu'on lui ote sa voix !

Par ici, l'argent vil de paris hasardeux !

Un ténor s'enrouant rend la scène inférieure.

Scène : Marie timide au courroux emportée.

Promeus l'interdiction de ce séné marneux.

Verse ailleurs ta rhubarbe et ton séné oiseux.

C'est ouvert ? Ça y est, voici Yves et Line.

Ni orties ni chiendent ne tentent mes deux chèvres.

Ce tableau sera mien si je verse la somme.

Les albinos fêtards ne font que des nuits blanches.

Monte au banc, ô vantard né, gare au nœud coulant !

Entre ses draps, guignant, l'avare vit des puces.

Par monts, vaux, cluses, cols, la vigne on plantera.

L'art, hochet sûr ? Rions ! Je dis plutôt : « Vendez ! »

Pouah ! Tiers-État ici ? J'ai défendu qu'ils viennent !

Lime, ô jeune horloger, et qu’au front l’eau te vienne.

L'aubépine à la fleur blanche est à vos genoux.

J'ai une soif de lionne et sais à quoi l'eau sert.

Tu t'es ri, toi, de belles fortes ? Bêle fort !

Et sonne l'heure, enfin, des songes et rêv'ries.

N'enterre pas tes vers, publie tes odes saines.

Bobby n'ira jamais sur scène sans Denis.

Waldemar n'alla pas en Crète, ayant trop chaud.

Serge, il avale, doux asile que l'alcool.

Y a quoi de loupé ? — À bas ce thermomètre !

Plutôt un Martini qu'un alcool fort de France.

Guy a nettoyé ses monnaies : francs, ducats, yens...

Un essaim de Nippons court à la réunion.

Malsain, Pierre émit : « que l'on me jette cinq pierres ».

Les mammouths, où qu'ils soient, emmaillotez-les bien.

Ses seins baths et les miens, Gustave y a touché.

Ton air sain, Marthe, incite un homme à rigoler.

Bougeons cinq pierres de là ; réunis, on taffe.

Confirme à ta Hutu : trois lits, c'est fou, tu n'as ?

Quels gens polis n'hésiteraient pas à péter ?

La nouvelle qu'est laide, Annie, nous met à bout.

C'est notre guilde que l'hypertonie menace.


Voir le commentaire

© Nicolas Graner et al. – septembre 2003

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/mnemo.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 07/11/2012.