Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Sans appel

L'air est doux. Aucun souffle. Moiteur de la nuit.
Goût de sel iodé. Odeur âcre. Tout est sombre.
Dans le ciel une fine brume tend son ombre.
Sur le dais obscur l'astre brillant du soir luit.

Sûr de lui, l'ample navire altier fend la mer.
Nul ne peut fléchir cette route qu'il doit prendre.
Droit au cap, une seule règle. Rien de tendre
Dans ses mâts, quille, coque, soutes, ponts de fer.

Maître à bord — selon l'adage — après Dieu, un homme
Dort. Deux mille autres aussi, confiants en lui, comme
Dans des bras aimants, l'enfant fragile aux yeux clos.

L'air est calme. Aucun signe. Pourtant dans une heure
Plus un ne vivra. Cela suffit pour qu'on meure,
Un mont de glace mouvant tapi sous les flots.


Voir le commentaire

© Nicolas Graner – février 2016

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/appel.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 19/02/2016.