Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Vingt-six contre un

Sonnet obscur, noueux, noirci, enfoui, touffu,
Tes règles révélées et celées s'entremêlent.
Y a-t-il là un os ? L'as-tu vu ? L'a-t-on su ?
Le plan de ma démarche hantera tes appels.
Oh ! ce Net est en nos sonnets, et en écho
Gardons au moins trois trous ; j'ai du blanc pour la cinq.
Rimer ici, gémir isolé... dur écot !
Auteur, craindriez-vous que tous, liés, vous vainquent ?
Pis, à lire c'était nettement un sonnet.
Hé, si elle eût cédé ? Décès, huées, liesse ?...
Il ira bien sûr loin ; est-il usé, mais net ?
Quand j'asphyxie Schwartzkopf, le vague me rabaisse.
Utile, car sonnet clair ou suit « recalons ! » :
En tout quarante fois douze lettres de long.


Voir le commentaire

© Nicolas Graner – février 2001

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/contre.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 02/01/2010.