Aller au menu
Aller au pied de page
Retour vers Le cothurne étroit

Commentaire de
Désabonnez-moi

Si ce n'est pas encore fait, lisez « Désabonnez-moi » avant de lire la suite de cette page.

En bref.

Un pastiche des Exercices de style de Raymond Queneau à propos des efforts de certaines personnes pour se désabonner de la liste oulipo.

Mais encore...

De nombreux groupes de discussion sur Internet reçoivent régulièrement des messages de membres qui souhaitent se désinscrire mais, ne sachant pas comment faire, demandent de l'aide à la cantonade. Ces demandes sont généralement très mal reçues, les autres membres du groupe faisant remarquer au coupable, d'une part qu'il a reçu au moment de son abonnement un « message de bienvenue » lui expliquant entre autres comment se désinscrire, d'autre part qu'à chaque liste est associée une adresse « administrative » destinée à recevoir ce genre de questions sans ennuyer l'ensemble des membres.

La liste oulipo n'échappe pas à cette règle, mais elle a une capacité remarquable à recycler les messages jugés indésirables en les transformant en sources de contraintes ou autres jeux littéraires (voir par exemple Ah, la spam !). C'est ainsi que lors d'une vague particulièrement intense de demandes de désabonnements mal dirigées, j'ai été frappé par la variété de leurs styles. Elle m'a fait penser aux Exercices de Style de Raymond Queneau, un des ouvrages fondateurs de l'Oulipo, où l'auteur raconte de quatre-vingt-dix-neuf façons différentes la même anecdote plutôt insipide (voir la section Références).

J'ai donc tenté d'imaginer comment Queneau aurait pu demander aux membres de la liste oulipo de l'aider à se désabonner en respectant chacun des styles de ses Exercices, en me limitant toutefois aux vingt-quatre premiers et au dernier.

Ce texte, envoyé à la liste oulipo, à suscité de nombreuses réponses, dont celles de Gilles Esposito-Farèse.

Notez que le dernier exercice fournit les instructions nécessaires pour se désabonner réellement de la liste oulipo.

Références.

Exercices de style.
(Raymond Queneau)

Voici d'abord les titres des 99 « styles » choisis par Queneau pour raconter une même anecdote :

Notations, En partie double, Litotes, Métaphoriquement, Rétrograde, Surprises, Rêve, Pronostications, Synchyses, L'arc-en-ciel, Logo-rallye, Hésitations, Précisions, Le côté subjectif, Autre subjectivité, Récit, Composition de mots, Négativités, Animiste, Anagrammes, Distinguo, Homéotéleutes, Lettre officielle, Prière d'insérer, Onomatopées, Analyse logique, Insistance, Ignorance, Passé indéfini, Présent, Passé simple, Imparfait, Alexandrins, Polyptotes, Aphérèses, Apocopes, Syncopes, Moi je, Exclamations, Alors, Ampoulé, Vulgaire, Interrogatoire, Comédie, Apartés, Paréchèses, Fantomatique, Philosophique, Apostrophe, Maladroit, Désinvolte, Partial, Sonnet, Olfactif, Gustatif, Tactile, Visuel, Auditif, Télégraphique, Ode, Permutations par groupes croissants de lettres, Permutations par groupes croissants de mots, Hellénismes, Ensembliste, Définitionnel, Tanka, Vers libres, Translation, Lipogramme, Anglicismes, Prosthèses, Épenthèses, Paragoges, Parties du discours, Métathèses, Par devant par derrière, Noms propres, Loucherbem, Javanais, Antonymique, Macaronique, Homophonique, Italianismes, Poor lay Zanglay, Contre-petteries, Botanique, Médical, Injurieux, Gastronomique, Zoologique, Impuissant, Modern style, Probabiliste, Portrait, Géométrique, Paysan, Interjections, Précieux, Inattendu.

Et voici deux exemples d'exercices :

Pronostications.

Lorsque viendra midi, tu te trouveras sur la plate-forme arrière d'un autobus où s'entasseront des voyageurs parmi lesquels tu remarqueras un ridicule jouvenceau : cou squelettique et point de ruban au feutre mou. Il ne se trouvera pas bien, ce petit. Il pensera qu'un monsieur le pousse exprès, chaque fois qu'il passe des gens qui montent ou descendent. Il le lui dira, mais l'autre ne répondra pas, méprisant. Et le ridicule jouvenceau, pris de panique, lui filera sous le nez, vers une place libre.

Tu le reverras un peu plus tard, Cour de Rome, devant la gare Saint-Lazare. Un ami l'accompagnera, et tu entendras ces paroles : « Ton pardessus ne croise pas bien : il faut que tu y fasses ajouter un bouton. »

Sonnet.

Glabre de la vaisselle et tressé du bonnet,
Un paltoquet chétif au cou mélancolique
Et long se préparait, quotidienne colique,
À prendre un autobus le plus souvent complet.

L'un vint, c'était un dix ou bien peut-être un S.
La plate-forme, hochet adjoint au véhicule,
Trimbalait une foule en son sein minuscule
Où des richards pervers allumaient des londrès.

Le jeune girafeau, cité première strophe,
Grimpé sur cette planche entreprend un péquin
Lequel, proclame-t-il, voulait sa catastrophe,

Pour sortir du pétrin bigle une place assise
Et s'y met. Le temps passe. Au retour un faquin
À propos d'un bouton examinait sa mise.


Revenir au texte

© Nicolas Graner – 2000

Menu de navigation

Pied de page

Contacter l'auteur.

Cette page http://graner.net/nicolas/OULIPO/desabonnez-exp.html respecte les standards XHTML 1.0 strict et CSS 3.
Dernière modification le 30/09/2014.